Cannabis et santé : la France réagit enfin !

Longtemps décrié pour la dépendance qu’il occasionne et ses effets psychotropes, le cannabis est pourtant en voie de légalisation en France, mais à des fins médicales. En effet, selon les retours des patients qui en bénéficient légalement, dans des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Canada, le cannabis soulagerait la douleur et bien d’autres maux problématiques des pathologies lourdes ou de leurs traitements.

Cannabis : des vertus mal connues

A l’instar de toutes drogues ou opiacés, le cannabis a des effets de dépendance bien connus, ce que l’on sait moins évaluer, en revanche, ce sont ses effets bénéfiques. Car, le cannabis possède diverses variétés, possédant chacune des teneurs en molécules actives spécifiques.

Pourtant, les retours des patients, issus de pays où le cannabis thérapeutique est légalisé, sont formels : celui-ci soulage la douleur et enraillerait les effets secondaires de certains traitements lourds, administrés pour des pathologies comme le cancer ou le SIDA.

A titre d’exemple, le cannabis permettrait de combattre la perte d’appétit liée au SIDA, de soulager les nausées et vomissements occasionnés par la chimiothérapie, les douleurs dues au cancer ou à des maladies touchant les terminaisons nerveuses, comme la sclérose en plaque. Certaines études se penchent même sur les effets possibles du cannabis contre les effets de la maladie d’Alzheimer ou les tremblements liés à la maladie de Parkinson.

On connaît d’ailleurs autant les effets euphorisants que les bénéfices thérapeutiques du cannabis depuis plus de 3000 ans. Dans l’Antiquité, on l’utilisait déjà pour soulager les douleurs et, dès au XIXe siècle, un médecin vantait ses vertus antidouleurs et antispasmodiques. Cependant, on ignore encore le fonctionnement exact de ses molécules actives. Il est donc essentiel d’évaluer les effets thérapeutiques du cannabis, afin de les mettre en balance face à ses possibles risques pour la santé.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la France a opté pour une phase d’expérimentation, avant la libéralisation du cannabis à vertu thérapeutique.

Cannabis thérapeutique : une expérimentation pour début 2020

Après l’aval donné par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), l’Assemblée nationale a donc donné son accord, le vendredi 25 octobre, pour une phase d’expérimentation médicale, concernant le cannabis thérapeutique. Différents centres de référence à travers la France vont ainsi prendre en charge un échantillon évalué à environ 3000 patients, éligibles sur tout l’hexagone, qui vont pouvoir bénéficier des effets du cannabis pour les soulager.

Cette approche médicale du cannabis se fera dans un cadre médical strict, afin de pouvoir évaluer les effets et les risques pour les patients. Seuls des médecins volontaires, spécialistes (neurologue ou spécialistes de la douleur), préalablement formés, seront à même de délivrer l’ordonnance initiale. Cinq indications spécifiques ont ainsi été retenues pour sélectionner les patients :

  • les soins palliatifs en oncologie,
  • les pathologies du système nerveux,
  • les douleurs liées à la sclérose en plaques,
  • certains types d’épilepsie résistants aux traitements,
  • les douleurs neuropathiques réfractaires.

Concernant les modes d’administration, seule la cigarette de cannabis serait mise de côté, en raison de ses risques cancérigènes notamment. L’Agence nationale du médicament a validé les autres modes d’administration, tels que : huile, pommade, fleurs séchées, tisane, e-cigarette, vaporisation… Il ne reste plus qu’à voir ce que cette expérimentation va conclure quant aux bénéfices du cannabis pour notre santé.

Jean Deluc

Voyages et mécanique sont mes passions. Parlons grosses mécaniques, huile de moteur et cylindres, ensemble ! Mais aussi de bricolage, de jardinage et de divers sujets.

Laisser une réponse

*

*